retour accueil Stages Naviguer vert

Naviguer vert

En mars 2012, l'organisation internationale maritime a approuvé des nouvelles directives faisant la promotion du Ship Energy Efficiency Management Plan (SEEMP) et demandant le calcul du Energy Efficiency Design Index (EEDI) pour les navires en construction, après avoir publié des directives en juillet 2011 pour l'utilisation du Ship Energy Efficiency Operational Indicator (EEOI) pour les navires déjà en service. 
Ces documents sont identifiés sous la référence MEPC.1/Circ.681 à 684.

En attendant que les institutions internationales prennent des mesures plus strictes, Port Revel considère qu'il est temps de sensibiliser les navigateurs responsables de la manœuvre des grands navires dans les zones portuaires en leur fournissant des moyens de réduire la consommation de carburant et par conséquent les émissions de CO2 et de poussières dans des environnements sensibles.

Nous nous rendons bien compte que la consommation de carburant pendant les manœuvres n'est pas la plus grande partie de la consommation d'un navire pendant son voyage, mais c'est une partie sensible en ce qui concerne la pollution de l'air, en particulier dans les ports situés au coeur des grandes villes.

 

 

Avec ce principe de "manoeuvre propre", Port Revel a équipé deux de ses onze navires avec des capteurs pour mesurer la consommation totale d'énergie lors d'une opération de manoeuvre de navire. Les stagiaires sont donc mis au défi de mener à bien l'opération en question avec un niveau cible de consommation (et donc d'émissions atmosphériques) fixé à l'avance par les instructeurs du Centre, qui ont eux-mêmes déjà fait face au même défi.
La consommation d'énergie est mesurée en kWh, qui est le produit de la puissance (kW) et du temps (heures), donc cette mesure ne dépend pas de la vitesse du navire, c'est-à-dire "beaucoup de puissance x temps de navigation court" donnera un résultat similaire à "peu de puissance x long temps de navigation".
La consommation d'énergie totale pour une piste donnée dépendra donc de la capacité du pilote à manœuvrer en douceur.

 

 

L'une des trajectoires est présentée ici. Elle mesure 7 nautiques de long et comprend un appareillage et un accostage l'étrave en premier. Cet exercice a été effectué avec Otello en environ 90 minutes à une vitesse moyenne de près de 5 noeuds (toutes les valeurs sont en pleine échelle).

La consommation d'énergie totale mesurée était d'environ 22 MWh, allant de 18 MWh à 28 MWh ... montrant des variations importantes en fonction de la manœuvre du pilote.