ARTELIA Port Revel - Shiphanding Training on Manned Models English Contact Plan du site

Port Revel

vous êtes ici :
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la policeAugmenter la taille de la policeAugmenter les contrastes en inversant les couleursLa mise en forme courante correspond à celle par défaut Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyez cette page à un ami. Pour ajouter le document à vos favoris, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur.

Formation

"[…] de toute ma carrière, je n’ai jamais connu d’accident d’aucune sorte qui vaille la peine d’être mentionné. Pendant toutes ces années passées en mer, je n’ai vu qu’un seul navire en détresse […]. Je n’ai jamais vu de naufrage et je n’ai jamais fait naufrage moi-même, ni été dans une situation difficile qui menaçait de tourner au désastre […]. Je ne peux pas imaginer qu’un désastre quelconque se produise avec ce navire : la construction navale moderne a dépassé ce stade." (Interview de 1907 du capitaine E. J. Smith, publiée par le New York Times le 16 avril 1912 au lendemain du désastre du Titanic).

On ne saura jamais si ces mots trahissent un excès de confiance en la capacité humaine à naviguer sur les mers, s’ils dénotent un sérieux manque d’information sur les réalités maritimes de son temps ou s’ils visaient seulement à rassurer les passagers …

En plus de l’entraînement aux manœuvres classiques, ce qui nous motive à Port Revel est la meilleure attitude à adopter face à un événement extrêmement rare et imprévu mais aux conséquences catastrophiques, du type collision ou échouement.

A l’heure où la sécurité maritime devient une préoccupation majeure et où il n’y a de place ni pour la "surconfiance", ni pour l’incompétence, Port Revel est un outil plus que jamais d’actualité pour entrainer (et évaluer) les capitaines et les pilotes à la gestion des situations de crise.

La criminalisation des capitaines et des pilotes maritimes pour des atteintes à l'environnement (Cosco Busan, San Francisco, 2007) ou pour des pertes de vies humaines (Neftegaz-67, Hong Kong, 2008) se propage partout dans le monde. Il est fort désagréable d'être accusé de négligence et comme le précise un arrêté de Sir Harry Gibbs de la Court Suprême d’Australie en 1982: "Lorsqu’il est possible de se prémunir contre un risque prévisible, qui même faible, sans néanmoins pouvoir être qualifié d’improbable ou d’imaginaire, en adoptant des précautions impliquant peu de dépenses ou de difficultés, le fait de ne pas adopter ces précautions sera en général considéré comme une négligence". L'entrainement est une de ces précautions et aucun effort ne doit être négligé pour maintenir la compétence du pilote maritime au plus haut niveau. Mieux vaut maximiser la compétence afin de minimiser les risques, que d’avoir à chercher un bon avocat … Ceci est également en filigrane dans la Résolution A.960 de l'OMI sur la formation et la délivrance des brevets des pilotes maritimes.

Les pilotes maritimes européens et nord américains qui constituent 90 % des stagiaires du Centre l’ont bien compris. Depuis 1967, Port Revel a formé plus de 6000 pilotes, capitaines et officiers venus du monde entier.

Mentions légales | Plan du site | Contact
Portrevel.com © Reproduction prohibited - All rights reserved 2017.